Ma présentation

Mon parcours a commencé comme beaucoup de petite fille : un stage dans le centre équestre du coin et des cours d’équitation le samedi après-midi. Sans le savoir j’ai touché du doigt la sensibilité des chevaux et le savoir qu’ils sont capables d’apporter aux humains qui les côtoient.

Aussi loin que je me souvienne j’ai demandé un poney comme cadeau de Noël, mon rêve s’est accomplie avec l’achat de Uisper, en juillet 2015. Je me suis alors retrouvé à assumer un cheval, aussi bien pour les soins quotidiens, le travail, la gestion des urgences. Tous les jours Uisper me poussait à en apprendre plus. J’ai alors commencé par la lecture de livres, de site internet, suivre différents stages. J’expérimente encore aujourd’hui ce qui peut faire du bien à mon cheval, aussi bien physiquement que mentalement.

img_0047

Uisper, mon petit cheval de coeur

Une des premières expériences transformantes a été la découverte et la pratique de la communication animale. Je me suis formée en 2016 auprès de Céline Galéa. J’ai pratiqué avec les animaux d’autres personnes avant d’arriver à dialoguer avec Uisper. Tous les animaux avec qui j’ai pu dialoguer m’ont énormément appris, sur leurs envies, leurs besoins, leurs visions des humains et de notre monde.

Cette expérience m’a permis de comprendre que les animaux et plus particulièrement les chevaux ont besoin d’une prise en charge globale, holistique. Nous ne pouvons distinguer les soins des pieds de l’alimentation ou du travail du cheval. Il est important de considérer le cheval dans son ensemble et non comme des morceaux séparables.

Et c’est là qu’en tant que gardienne de Uisper j’interviens. Selon moi, mon rôle est d’être un coordinateur du bien-être de mon cheval ! Premièrement il m’a fallu (et me faut encore maintenant) apprendre à reconnaître les signes de mal-être physique et mental de mon loulou et ensuite savoir comment le prendre en charge, et quel professionnel faire intervenir. Rapidement j’ai eu l’envie et le besoin d’intervenir moi-même. Tout d’abord pour comprendre ce que ces pros font à mon cheval et ensuite pour savoir gérer en cas de « crises ».

J’arrive à étancher ma soif de connaissance grâce à la lecture de livres et de sites internet et en suivant des stages. Mes principales difficultés ont été de trouver un condensé d’informations à un endroit, une sorte d’annuaire synthétique des moyens possibles pour aider mon cheval et de savoir démêler le vrai du faux sur internet.

C’est pourquoi aujourd’hui j’ai envie de vous partager mes connaissances, éprouvées par mes chevaux et par moi afin de tendre vers une relation gardien/cheval respectant les besoins du couple. J’ai l’envie d’aider les gardiens à mieux comprendre leur cheval et à découvrir comment l’aider.